Share

_______

La présentation sur une radio du service public, ce 18 Mai, du blog Printemps arabe du monde.fr me laisse interrogatif…

Comment va s’écrire, comment peut s’écrire, la suite de l’histoire du printemps arabe, la suite de l’Histoire ?

Ce blog, techniquement et journalistiquement bien fait (informations recoupées, interviews de blogueurs, etc.), s’intitule effectivement « printempsarabe », au singulier. Et Hélène Sallon le rédige à partir des sources que sont les blogueurs des pays concernés, autrement dit les acteurs principaux de ce « Printemps ». Elle nous dit qu’ils n’agissent pas à partir d’une idéologie, sauf peut-être ceux qui appartiennent au mouvement des Frères musulmans, et qui débattent, car eux-mêmes n’ont pas d’idéologie bien arrêtée, dans ce nouveau contexte.

Il y aurait donc 1 printemps arabe, générique. Et les acteurs qui portent ce mouvement ne le font pas sur la base d’une idéologie, mais par revendication de la liberté, la démocratie étant à leurs yeux la meilleure façon de garantir cette liberté. La démocratie, et les réseaux sociaux ! Voire, la démocratie-réseau social ! C’est une cohérence profonde entre revendication de liberté et communication libre en réseau qui explique ces événements, et cette aventure narrative et historique. Cependant, cette manière de positionner les acteurs et locuteurs principaux de ce storytelling de portée historique ne permet pas, me semble-t-il d’écrire la suite de l’Histoire : les valeurs de liberté et de démocratie ne sont qu’un espace à partir duquel un ensemble d’éléments peuvent se développer et se narrer : la création de représentations sociales et politiques (idéologies ou mieux, renouvellement de la pensée du politique), l’émergence d’acteurs, de personnages, porteurs de valeurs, incarnant des idéaux et des projets, la confrontation pacifique et constructive entre ces acteurs, des actes de construction et de développement sociétaux, des réalisations concrètes, le tout dans un système d’échanges et de dialogues s’institutionnalisant, formant une ambiance politique nouvelle, une société renouvelée, une espérance collective.
C’est à partir de tout cela, par création de sens, et concrètement, que pourra s’écrire l’Histoire, à partir, et au-delà, du Printemps, du printemps !

 
_____________________________________

Pour la blogueuse marocaine Zineb El Rezhou, le référent d’un développement possible est celui de la France, de ses démocrates, qui peuvent, doivent, « porter ces valeurs » et jouer un rôle historique. Ce sont eux qui apporteraient la cohérence nécessaire…

____

Audition de la bloggeuse marocaine : Zineb El… par GroupeSRC

Share