Share

« Dans son cours, Truby insiste sur l’importance de soigner les scènes d’ouverture. Sur l’intérêt de ­construire une « arène » dans ­laquelle se déroulera l’histoire, un lieu de vie dense et signifiant (la banlieue américaine, un hôpital, des docks…). De créer aussi une intrigue secondaire forcément liée à l’intrigue principale, d’examiner les différentes structures possibles du récit (linéaire, en spirale…) et de bien séquencer le scénario, avec chaque scène comme une mise en abyme de l’histoire globale. » Extrait de libération

L’exemple de Un prophète, dont les scénaristes sont Thomas Bidegain, Jacques Audiard, Abdel Raouf Dafri et Nicolas Peufaillit

« C’est un film qui appartient au genre de l’épopée policière, mais où l’histoire n’est pas racontée de haut en bas comme dans la plupart des épopées qui donnent cette impression de « films à grand spectacle ». Ici, l’histoire est racontée de bas en haut, ce qui accroît son pouvoir et lui permet de devenir intensément réaliste. »

« Ils ont réalisé un film de genre qui est en soi une véritable œuvre d’art. Ils ont trouvé une stratégie qui leur a permis de s’inspirer du meilleur de la tradition cinématographique française tout en injectant les éléments de genre qui constituent la norme mondiale de la narration populaire »

Turby est aussi un analyste du storytelling :

« Recently a very different model of storytelling has appeared. These stories often frame a character’s lifetime. Instead of going for a single emotional hit, the writers weave a detailed and complex moral accounting. And they’re not content to show a single moral event, although that is often the catalyst for the bigger picture. These storytellers depict an entire moral universe that tells us whether human life has meaning or not. »

Une réflexion sur la question du sens ? J’en doute

Au fait, Propp avait déjà dit pas mal de choses (en 1928) qui relativisent les « 22 étapes » de Truby. Et le modèle actantiel de Greimas vous donnera plus encore de vision structurée et structurante de la narrativité… Certes, il ne s’appuie pas sur les films télés qui conquièrennt l’audience !

Share