Share

Mais oui, des médecins pratiquent, avec leurs patients, non seulement l’écoute mais la narration. Mieux encore : ils échangent des récits avec leurs confrères ! le récit au commencement et à la fin de la vie : l’expérience du Docteur André BENBASSA à Grenoble.
La vidéo ne peut pas être lue, veuillez télécharger la vidéo à cette adresse : http://cyan1.grenet.fr/podcastmedia/centre-de-recherche-sur-limaginaire/SEANCE2_2011.mp3

Voir aussi

 

  • Un livre sur la médecine narrative

4ème de couverture :

C’est à une remise en question complète de la médecine qu’il nous invite ici, fondée sur la compréhension du rôle que jouent l’Histoire (au sens historique), les contes et récits dans l’art de guérir, tant dans les médecines indigènes et alternatives que dans la médecine classique, même si cette dernière n’en a pas conscience.

A la vision de la médecine classique qui attribue à la maladie une existence indépendante du patient, et au malade une vie indépendante de sa communauté, son milieu de vie, le Dr Mehl-Madrona oppose la compréhension indigène de notre interconnexion profonde :

l’origine et l’évolution d’une maladie sont étroitement liées à l’histoire d’un malade donné ; et le contexte relationnel dans lequel vit un malade a un impact direct sur sa pathologie et sa guérison.

Share