Sarkozy, un storytelling du futur : « L’entretien du Figaro Magazine inaugure le storytelling de la reconquête »

Une analyse décapante d’André Gunthert, spécialiste de la culture visuelle (son blog), dans le Nouvel Obs, qui se conclue par la sentance radicale que nous reproduisons en titre.

Quelle histoire se raconte l’actuel Président, et quelles sont celles qui induisent un storytelling chez les électeurs ? (je rappelle que les conditions d’un storytelling réussi c’est de déclencher le storytelling de l’interlocuteur, pas d’être satisfait du sien). Quelles sont aussi les histoires du futur que les journalistes se racontent ? Bien peu osent en parler. Pourtant, il parait évident que le récit majeur de la majorité actuelle est celui de la défaite électorale : c’est le récit de tous les dangers, celui qu’il faut absolument éviter de dire et de laisser dire.

Nous reviendrons, à propos du storytelling politique sur les histoires de l’avenir, qui sont essentielles, qui canalisent les énergies, et restent le plus souvent inconscientes, alors que les faire émerger est indispensable à la conception même des stratégies et d l’émergence de visions lucides et amples. Actuellement, pour les Présidentielles, l’histoire de l’échec prévu (voulu ?) de Sarkozy reste sous le boisseau. Manque évident de courage et d’analyse des médias, d’un pouvoir médiatique qui accepte, et acceptera, quelque soit la majorité, de n’être plus un contre-pouvoir, qui ne s’inquiète que rarement du principe fondamental et battu en brèche de la séparation des pouvoirs…

Voyons quels sont les niveaux de storytelling, qui correspondent d’une certaine façon à des niveaux de conscience et de lucidité.

  1. Le storytelling de niveau 1 est celui des grands mythes et archétypes (au sens Jungien), qui structurent notre vision du monde et nos valeurs
  2. Au niveau 2 se placent notamment les storytelling lucides et impliquant de l’avenir
  3. Au 3, les storytelling relationnels authentiques, ceux qui fonctionnent dans un présent marqué par l’émotion mais aussi par une authenticité des situations et des personnages. C’est à ce niveau que fonctionnent actuellement les storytelling de Hollande, de Le Pen, de Mélenchon. Les uns et les autres font mine, cependant, de storyteller au niveau 2. Bayrou se positionnerait plutôt au niveau 2. Mais il ne parvient pas à l’occuper et ruine sa position car il ne peut pas ancrer son histoire dans celle d’un centre fort, pro-actif, fondamentalement humaniste, qui ne serait plus un allié de la droite jouant les second rôles.
  4. Au 4 on trouve les storytelling ordinaires, qui occupent en permanence les médias, et la vie quotidienne des gens. C’est tout le tissu d’histoires qui fait la vie, et qui n’est que très partiellement travaillé. C’est beaucoup de vécu immédiat, du narcissisme plutôt que de la distance réflexive, mais l’essentiel du vécu s’y reflète, s’y projette et s’y construit.
  5. Le niveau 5 est celui du degré zéro du storytelling, de son apparence pathétique, de la privation de sens, de l’impossibilité de raconter, d’être dans une trame qui s’articule à d’autres histoires.
L’annonce de la candidature de Sarkozy est une belle illustration de ce niveau 5. Ce qui est étrange, c’est que les médias en fassent leur propre storytelling. Même le froid et la neige, qui accaparent leur attention quotidiennement ces jours-ci a réussi à se hisser au niveau 4 : on nous raconte des histoires très diverses du quotidien, des histoires de solidarité, de détresse, d’aménagement de la vie quotidienne, de dispositifs techniques grands (électricité) et petits…
Dans les temps qui viennent, et avant le vote des Français, pouvons-nous compter (conter) sur des storytelling de niveau 2 ?

 

1 Comment

  1. SUPERBE Explication des « niveaux » du StoryTelling J'<3 !
    Toutefois il me semble bien "hasardeux" à moins de vouloir influencer les internautes … d'écrire
    " 5. Le niveau 5 est celui du degré zéro du storytelling, de son apparence pathétique, de la privation de sens, de l’impossibilité de raconter, d’être dans une trame qui s’articule à d’autres histoires.
    L’annonce de la candidature de Sarkozy est une belle illustration de ce niveau 5. Ce qui est étrange, c’est que les médias en fassent leur propre storytelling." Surtout quand on a aucune idée de ce qui s'est passé entre le Discours du Dimanche soir de Nicolas à la TV et la Rencontre des Voeux à la Presse le lendemain …, où Le Président SARKOZY était rayonnant ! …
    Je vous invite à réécouter son discours des voeux à la Presse et surtout quand il parle de "recevoir les messages directement … qu'il va falloir que les journalistes disent le contraire etc … il a parlé aussi de Renaissance … il a en mains toutes les clés pour poser des ACTES qui le dépassent et c'est aussi Sa Responsabilité et LA NOTRE INDIVIDUELLEMENT ET COLLECTIVEMENT de Choisir …

    StoryTelling certes mais les FAITS ne sont pas les opinions …
    JoYeuse semaine à vous et autour de vous

    Michelle PREVOT
    +33.651.822.840 Skype TheCitoYen
    Michelle.PREVOT@MaMaisonEn2012.com